L’Armée et le parti 1932-1939

 

Entrée triomphale d’Hitler dans la Ville de Czech Karlovy Vary (Karisbad), Dans Le Territoire des Sudètes en septembre 1938 annexes.

Une impatiente Foule assister L’arrivée des Dirigeants du parti nazi, au cours d’Typique rassemblement non de débordements CES d’hysteries collective, avant la Deuxième guerre Mondial.

Du podium, Hitler harangue les troupes de la Sturmabteilung (SA) massées devant lui. La SA fut brisée au cours de la « nuit des longs couteaux ».

 

 
Les trois principaux chefs militaires d’Hitler assistent à un rassemblement du parti en septembre 1936. A gauche, le ministre de la défense von Blomberg ; au centre, le général von Fritsch, commandant de l’armée ; à droite, l’amiral Raeder, commandant en chef de la marine.


Hitler et un groupe de dignitaires SA assistant à une parade en 1929.


Formation de cadres pour l’Armée du Troisième Reich. Sur cette photo de l’époque de la Reichswehr, un officier donne un cours de tactique à un groupe de sous-officiers, à l’aide d’une maquette. Au moment de l’expansion militaire décidée par les nazis, ces hommes devaient rapidement devenir officiers et occuper eux-mêmes des postes de responsabilité comme instructeurs.

Démonstration de la Reichswehr. L’armement lourd et les blindés lui ayant été interdits par le Traité de Versailles, l’armée allemande se tint au courant des développements nouveaux de l’art militaire par des contacts clandestins avec la nouvelle armée de la Russie  et ses industries d’armement. Pour l’entraînement, des chars postiches étaient construits sur des châssis de voitures.


Après qu’Hitler eut rejeté les « chaînes » de Versailles, la croissance de l’armée allemande fut aussi régulière qu’impressionnante. Mais cette croissance ne pouvait se limiter aux effectifs et à l’équipement ; elle impliquait aussi, nécessairement, une expansion logistique et administrative il fallait en effet loger, nourrir, habiller, payer les nouvelles forces et, de manière générale, veiller à leurs besoins. Ici, un régiment entre dans sa nouvelle caserne, dans les faubourgs de Berlin. S’il ne fallut pas édifier de nouveaux bâtiments, beaucoup de casernes durent cependant être transformées et modernisées.

Une affiche pour le festival de la jeunesse allemande du 23 juin 1934.Propagandistes et psychologiques de masses astucieux à leurs débuts, les nazis consacraient beaucoup d’efforts à l’endoctrinement de la nouvelle génération.


Pensif, le Führer assiste à un défilé. Derrière lui, portant la casquette, le ministre de la Défense von Blomberg, plus tard obligé de quitter l’armée : on l’accusait d’avoir épousé une ancienne prostituée. À droite de la photo, le général von Fritsch, commandant en chef de l’armée, qui dut démissionner en février 1938 après avoir été faussement accusé d’homosexualité. Quand ses deux hommes furent hors de son chemin, Hitler fut enfin libre d’organiser le haut commandement militaire de telle manière qu’il serve ses propres ambitions.

De jeunes Allemands apprennent à tirer »En plus de leur effort sur le plan de l’endoctrinement politique, les nazis s’attachaient à enseigner aux jeunes les rudiments de l’art militaire. Ainsi se développèrent, en plus de la Hitlerjugend (jeunesse Hitlérienne), un grand nombre d’organisations paramilitaires de jeunesse.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s