Rundstedt le mur de l’Atlantique

Le maréchal von Rundstedt se plaignait de la faiblesse de ses effectifs. Lorsqu’il arriva en 1942, trente divisions seulement étaient stationnées en France, en Belgique et aux Pays-Bas. Toutefois à mesure de la menace d’invasion se fit plus pressante, le nombre de divisions fut augmenté progressivement et atteignit soixante le (Jour J) ses troupe étaient réparties entre quatre commandements d’armées. Le maréchal Rommel, commandant du groupe d’armée (B), commandait la 7e et la 5e armées, tandis que le général Blaskovitz du groupe (G)avait sous ses ordres la 1re et la 19e  armées. Le maréchal von Rundstedt assurait le commandement suprême.


Les forces allemandes stationnées en France pour faire face à l’invasion des Allié. Tout naturellement, le plus grand nombre de divisions ; la plus forte concentration se trouvait entre le Havre et Bruxelles. Les formations blindes dans le nord de la France étaient loin de la côte. Cela signifiait que ces puissantes forces pourraient se concentrer rapidement en n’importe quel endroit de la côte, mais aussi que les forces qui devaient faire face à l’invasion là où elle avait le plus de chance de se produire la Normandie ou le Pas-de-Calais ne pourraient pas disposer de l’appui  immédiat des blindés.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s